Ash Seicylia ELLSWORTH



 
Hello bande de cookie ! Le nouveau design est donc bien là. Absolument pas urbain (désolée...) j'ai parié sur un côté un peu vintage qui, je l'espère, vous plaira. N'hésitez pas à MP au moindre soucis !
WANTED » Ian E. NESS ; Jarrick VICIOUS ; Abigaëlle R. SHINE ; Alix T. TORRIO et sa bande : Tom, Kean et Klara ; Nathanaël V. CAVANAGH ; Manicha L. VALARY ; Kilian C. BRENNAN ; Aspen N. RYAN et bien d'autres encore ! MERCI DE LES PRIVILÉGIER A DES PERSONNAGES INVENTÉS

 Ash Seicylia ELLSWORTH

Ash S. ELLSWORTHThe Outfits
Date d'inscription : 05/03/2012
Messages : 10

Passeport Américain
Nom de code: Hadès.
Métier: Tenancière du Salon d'Opium
Relations:
avatar
Posté Lun 5 Mar - 20:28 par Ash S. ELLSWORTH
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :  

♠ Ash Seicylia ELLSWORTH ♠
Kaine - NieR
Identity Documents

• Nom & Prénom(s) : ELLSWORTH, Ash, Seicylia.
• Âge : 26 ans.
• Date de naissance : 31 Juillet.
• Lieu de naissance : Ici-même, à Chicago.
• Sexe : Hermaphrodite (Femme)
• Orientation sexuelle : Bisexuelle
Prohibition Rules
• Métier : Tenancière du salon d'Opium, elle est cependant un indic pour son gang.
• Nom de code : Hadès. Ce surnom lui a été donné par ses nombreux clients issus de son gang, la comparant au maître des enfers et assimilant le salon d’opium au monde des enfers. Ash apprécie particulièrement ce surnom car Hadès est censé être un homme : sans même connaître son passé et son origine sexuelle les gens l’assimilent à un homme, tout comme l’avait fait Adriaen à leur rencontre.
• Pour ou Contre la prohibition : Pour. Son salon est prisé pour son service spécial qui permet aux clients les plus offrants d'accompagner leur soirée d'un bon vin/champagne ce qui lui rapporte beaucoup plus, évidemment. Ash est pour tout ce qui permettra à son affaire de bien marcher.
• GROUPE : The Outfit.
• Arme : Ash n’apprécie pas particulièrement les armes à feu, elles sont trop bruyantes et massives à son gout. Quant aux armes blanches telles que les poignards, les katanas ou les poings américains, elle les trouve trop lourdes, trop encombrantes. De ce fait, Ash est devenue une spécialiste dans le domaine des aiguilles. D’environ neuf centimètres de long et aussi épaisse qu’un lacet pour certaines alors que d’autres sont plus fines, elle les dissimule principalement dans la doublure de ses vêtements, en laissant dépasser l’extrémité pour plus de facilité lorsqu’elle doit les attraper. Elles sont faites d’un alliage de titane et de fer, le tout recouvert de cadmium donnant un aspect brillant blanc argenté et assortis à la chevelure de leur propriétaire. Si Ash possède ces aiguilles, c’est uniquement pour se défendre ou calmer certaines personnes, comme des clients un peu trop agités par exemple.

BIENSÉANTE ♣ ÉLÉGANTE ♣ DÉVOUÉE ♣ INFLEXIBLE ♣ DOMINATRICE ♣
CHALEUREUSE ♣ SÉDUCTRICE ♣ MESQUINE ♣ FERME ♣ FLEGMATIQUE ♣ NOBLE
History


« J’ai toujours imaginé que c’était quelqu’un au-dessus du Monde qui déterminait le sexe des gens à venir. Suivant son humeur, s’il avait bien mangé ou non, s’il était content ou en colère. Je pense que quand ça a été mon tour, il devait être en train de s’endormir, c’était un peu embrouillé dans sa tête… » Ash, 7 ans, à son lapin en peluche.

C’est peut-être parce que, dès le début de sa vie, Ash fut dotée d’une nature hésitante, qu’elle est aujourd’hui si assurée et inflexible. C’est peut-être parce que, dès le début de sa vie, Ash n’eut pas le droit de choisir, qu’elle est aujourd’hui si déterminée et impérieuse. En effet, à peine cet enfant vit t-il le jour, qu’on se demanda quoi en faire, où le caser. Ses parents surtout : les médecins savaient quoi faire même si pour l’équipe qui s’occupait de Mme Ellsworth, c’était la première fois qu’ils étaient confrontés à un cas d’une telle rareté. Ce n’est pas tous les jours qu’un enfant hermaphrodite naissait au Cook County Hospital de Chicago. L’enfant était atteint de cette pathologie dans le premier type, à savoir « L’Hermaphrodisme Vrai » désignant un cas d’Intersexuation : le nouveau-né possédait simultanément des tissus testiculaires (dut aux chromosomes XY) qui allaient conduire à un développement d’atouts masculins tels qu’un véritable pénis et une prostate ; ainsi que des tissus ovariens (dut aux chromosomes XX) grâce auxquels les structures féminines génitales tels que le vagin et l’utérus allaient se développer. Comme il en est coutume dans ce genre de cas particulier, les médecins pratiquèrent l’ablation de l’attribut masculin de l’enfant qui à partir de cet instant fut officiellement –et surtout par ses parents une fois de plus- considéré comme une fille. La féminisation d’Ash fut complétée tout au long de son enfance par une hormonothérapie, visant à faire d’elle plus tard une femme à part entière, ce qui fut un succès quand on voit maintenant son opulente poitrine.

Les parents d’Ash n’étaient pas souvent à la maison. Sa mère, Macey, travaillait dans une agence de mannequin comme manager de modèles et par conséquent, était souvent en voyage pour suivre ses employeurs sur un défilé à Tokyo ou un shooting photo à Venise. Son père, Russell, tenait une petite mais prisée entreprise d’architectes d’intérieur, très en vogue à l’époque. De ce fait, la famille Ellsworth était considérée comme aisée, et n’avait jamais manqué de quoi que ce soit. Ou du moins de quoi que ce soit d’achetable. Dès son plus jeune âge, Ash fut d’ailleurs envoyée dans des écoles privées, ses parents pensant que c’était le mieux pour leur fille. L’école, Ash aimait bien cela. Elle aimait apprendre de nouvelles choses chaque jour, progresser à chaque heure.
Oui, Ash aimait l’école, mais l’école n’aimait pas beaucoup Ash. Parmi ses camarades de classe, on comptait des enfants de stars, de ministres ou d’éminents chefs d’entreprises. De tous les enfants, ce sont sans doute les plus cruels. Car la petite Ash, bien que dans un corps de fillette, ne se sentait pas entièrement à sa place. De ce fait, elle eut dès son plus jeune âge quelques réflexes, quelques manies que l’on n’appréciait pas chez une fille, et qui lui valurent moqueries de ses camarades, et convocations de la part des professeurs. La fillette refusait par exemple catégoriquement, en école maternelle, d’aller aux toilettes en même temps que le groupe des filles. A chaque fois que sa nourrice, qui l’habillait en l’absence de sa mère, lui mettait une robe ou une jupe, Ash l’enlevait car elle ne se sentait pas à sa place dedans, et arrivait donc souvent à l’école primaire en culotte, ce qui lui valait de sévères réprimandes. Elle ne répondait que rarement aux personnes qui parlaient d’elle comme d’une fille. Avec le temps, ces problèmes-là s’estompèrent, et Ash apprit à vivre avec son corps féminin, même si elle garde encore aujourd’hui quelques réflexes, quelques habitudes masculines, telles que sa façon de marcher ou de s’habiller en dehors du travail.

Si les parents d’Ash n’étaient pas souvent là, la jeune fille n’as jamais manqué de rien de matériel. Si elle voulait quelque chose, elle l’avait. On aurait pu s’attendre à ce qu’elle devienne capricieuse et avare, mais ce ne fut pas le cas. Car même si elle possédait tous les jouets ou les vêtements qu’elle voulait, il lui manquait quelque chose d’essentiel, quelque chose d’important que toutes ses gâteries cachaient. Il lui manquait des parents, des vrais, qui la grondent en cas de bêtise, qui l’embrassent le soir avant de se coucher. Il lui manquait des amis, des gens avec qui discuter, à qui se confier. Avec ses camarades d’école se moquant d’elle, la dénigrant, Ash prit l’habitude de se renfermer sur elle-même, et de n’aller vers personne. Son meilleur ami, c’était son lapin en peluche. Quand elle allait en cours, c’était uniquement pour travailler. Travailler. Elle se plongeait dans les études pour oublier le reste, oublier qu’elle était seule. Avec son acharnement pour les études, Ash obtint son Bachelor Degree avec la meilleure mention. Le problème, c’est qu’elle n’avait aucune ambition, aucune envie. Devant son manque de motivation, ses parents l’accusèrent d’ingratitude, d’un manque de volonté évident, et alors qu’Ash pensait se replier sur un quelconque cursus étudiant, ses parents refusèrent. Ils refusèrent de payer pour « rien ». Et sans argent, elle ne pouvait pas faire grand-chose. Sans argent et sans logement également, car ses parents la mirent à la rue par la même occasion « refusant de trimer toute leur vie pour une ingrate je m’en-foutiste ».
De ce fait, Ash se trouva un petit boulot de serveuse dans un Starbucks Coffee pour payer les chambres d’hôtel qu’elle louait au mois.

Moins d’un an après le début de sa vie en solitaire aguerrie –ce qui ne la changeait pas de trop au final- Ash fit la connaissance de l’homme qui allait changer sa vie. C’était pourtant un jour comme les autres, et qui ne laissait prévoir rien d’extraordinaire : une fois de plus Ash s’était levée en retard et avalait sa pomme sur le chemin du boulot en ne regardant pas où elle marchait, trop occupée à changer la musique sur son lecteur CD vieux de dix ans, ce qui lui valut une collision brutale avec un homme qui sortait du Starbucks où elle se rendait et traversait le trottoir en direction du passage piéton. Cette collision fit que le café latte de l’homme se renversa sur lui, Ash, et le bitume. Après un dialogue de sourd où se mêlaient insultes et excuses, Ash prit la peine de poser son regard doré sur son interlocuteur. C’était d’un homme plus âgé qu’elle, d’au moins quatre ou cinq ans, possédant des yeux gris acier et une chevelure noire. Il n’était pas forcément beau, mais possédait un charme indéniable, ainsi qu’une prestance imposante sûrement en partie dut à son gabarit d’armoire. Adriaen. C’était son prénom. Pour s’excuser de sa maladresse, Ash l’invita à lui offrir un autre café, que c’était elle qui prendrais sur sa paye étant donné qu’elle travaillait dans l’établissement. Le lendemain, l’homme revint au Starbucks et comme promis Ash lui offrit son café ainsi qu’un sourire poli. La jeune fille se doutait qu’Adriaen était un client régulier de l’établissement, mais cela la surprit quand il revint tous les matins à la même heure, s’asseoir à la même table, pendant trois semaines. Au bout d’un petit bout de temps rempli d’échanges d’œillades et de légers sourires, la curiosité poussa Ash à demander à l’homme, s’il attendait quelque chose d’elle ou si elle devenait un peu paranoïaque. A cette question, Adriaen se contenta de sourire et de terminer son café d’une gorgée avant de s’en aller, laissant sur place une Ash étonnée et un peu perdue. Le soir même, en sortant du travail, Adriaen attendait devant l’arrêt de bus, un sourire en coin accroché sur son visage carré. La jeune fille le regarda un instant avant de tourner les talons pour rentrer chez elle à pieds. Adriaen la suivit. Tout simplement. On aurait pu croire qu’il la ramenait chez elle. Aucune parole ne fut échangée. Pas un son. Et tout comme Adriaen venait au café tous les matins, il « raccompagna » Ash chez elle tous les mercredi soir. Ce petit manège dura un mois. Un mois durant lequel ils ne se parlèrent pas. Un mois durant lequel Ash s’habitua à la présence de l’homme. Pour la première fois de sa vie, elle avait l’impression de côtoyer vraiment quelqu’un. Ils ne se parlaient pas, ils ne savaient rien l’un de l’autre en dehors de ce qu’ils voyaient de leurs propres yeux.
Un mercredi soir d’automne, Adriaen ne vint pas. Bien qu’ils ne s’étaient rien promis, Ash sentit son cœur se serrer et fut déçue, extrêmement désappointée. Elle avait l’habitude de rentrer avec ce quasi-inconnu dont elle appréciait la compagnie silencieuse, le sourire en coin assuré, et la carrure puissante. Tout le long du trajet qui lui parut deux fois plus long que d’habitude, la jeune fille se demandant « Pourquoi ? ». Certes, ils ne se devaient rien, rien du tout, ce n’était pas comme s’ils étaient amis non plus. Cette pensée fit d’ailleurs froncer les sourcils à la jeune blonde. Il fallait qu’elle arrête de se faire des illusions. Et pourtant quand elle arriva au pied de l’hôtel où elle résidait depuis quelques semaines, Adriaen l’attendait. Avec son éternel sourire assuré et confiant, avec ses yeux d’acier pétillant. Pour la première fois depuis son enfance quand sa nourrisse lui donnait le biberon, Ash eut un contact physique prolongé avec un être humain. Submergée par l’émotion, elle s’était jetée au cou de Adriaen, à deux doigts de pleurer. Suite à cela Adriaen l’avait raccompagnée dans sa chambre est était resté avec elle. Bien sûr, il ne se passa rien de sexuel entre eux, c’était impensable pour l’un comme pour l’autre. Ils passèrent la nuit à échanger, à discuter, refusant de se coucher comme s’ils voulaient rattraper les minutes silencieuses des soirs où ils avaient marchés côte à côte. Tout comme Adriaen prit l’habitude de venir au Starbucks tous les matins, de raccompagner Ash tous les mercredis soirs, il prit également celle de passer une nuit par semaine chez elle. Et durant ses nuits, ils parlaient. Chacun leur tour, ou ensemble, d’eux, de leur passé, de leur présent. De cette façon, Adriaen devint le premier ami d’Ash, son confident, sa famille, son grand-frère. De son côté, Adriaen qui s’était attaché à Ash depuis leur rencontre accidentelle, l’aima de plus en plus : elle avait su combler le vide qui régnait en lui depuis la mort de son frère, qui s’était pris une balle perdue lors d’un conflit entre les Outfit dont il faisait partit et les North Side.
La relation des deux jeunes gens était totalement fraternelle. Jamais Adriaen n’eut un geste déplacé envers la jeune fille, qu’il considérait plus comme un homme que comme une femme en dépit de son physique. Etrangement, alors qu’elle se sentait plus homme que jamais auprès de son frangin comme elle aimait à l’appeler, Ash se féminisa de plus en plus. Elle commença à prendre soin d’elle, à se maquiller un peu, à faire attention à ses vêtements. C’est à ce moment-là aussi qu’elle décida de changer de couleur de cheveux. Son blond l’insupportait au plus haut point, et avec son prénom elle avait l’impression que les gens pensaient qu’elle s’appelait Ashley et, ce cliché de la blonde dénommée Ashley, lui sortait par les yeux. Elle se décolora donc les cheveux jusqu’à ce qu’ils soient blancs, et fut satisfaite que cela s’assortissent mieux avec son prénom qui signifie cendres.

Souvent, Ash lui rendait visite au salon d’Opium qu’il tenait, pour lui donner un petit coup de main si besoin. La veille de ses vingt-deux ans, Adriaen offrit un emploi à la jeune fille. Il voulait qu’elle arrête le Starbucks, qu’elle vienne travailler au salon en échange d’un salaire et d’un hébergement (Il ne supportait plus de la savoir dans un hôtel miteux et sans aucun confort). Evidemment, Ash accepta et commença donc une colocation avec Adriaen, tout en devenant la co-gérante du salon. Très vite, Ash prit goût à ce boulot, recevoir les clients, passer des commandes, revoir la déco des pièces, bref : faire marcher l’affaire au mieux. Elle devint une véritable businesswoman, inflexible, ferme, et d’une poigne de fer, tout en sachant se faire charmeuse et élégante devant les clients.
Parallèlement, Ash fut intégrée dans le gang des Outfit, Adriaen la prenant sous son aile. C’est à cette époque qu’Ash acquit ses fidèles aiguilles. Adriaen voulait absolument que la jeune fille possède de quoi se défendre, c’était nécessaire quand on faisait partit d’un gang et qu’en plus on travaillait dans un établissement proposant de la drogue. Cela n’enchantait pas Ash, n’appréciant pas particulièrement les armes à feu (elles sont trop bruyantes et massives à son gout) ni les armes blanches (telles que les poignards, les katanas ou les poings américains, elle les trouve trop lourdes, trop encombrantes). Elle fit donc l’acquisition d’une petite armée d’aiguilles : d’environ neuf centimètres de long et aussi épaisse qu’un lacet pour certaines alors que d’autres sont plus fines, elle les dissimule principalement dans la doublure de ses vêtements. Elles sont faites d’un alliage de titane et de fer, le tout recouvert de cadmium donnant un aspect brillant blanc argenté et assortis à la chevelure de leur propriétaire. Ash n’as jamais tué qui que ce soit et l’évitera autant que possible, c’est également pour cette raison que les aiguilles lui conviennent à merveille : elles ne tuent pas mais en cas de nécessité, une aiguille bien placé met à terre l’importun pour un bon moment. De plus, les aiguilles, petites, se glissant partout, ont pour un Ash une caractéristique vicieuse et mesquine qui lui plait beaucoup.

Cette petite vie dura deux ans. Pendant deux ans Ash cohabita avec Adriaen dans une entente presque parfaite. Presque car il la jugeait parfois trop froide et stricte dans les affaires concernant le salon, et cela finissait toujours sur les mêmes mots d’Ash : « Dans ce milieu on me perçoit comme une femme Adriaen, tu as beau me considérer comme ton frère, pour les clients je ne suis qu’une femme : si je ne suis pas ferme, je finirais par me faire violer dans une ruelle, très peu pour moi ! Et si tu me trouves dure en affaires, c’est juste que je veux que le salon marche au mieux. Et je te rappelle que c’est toi qui as voulu que je vienne, frangin. » A partir de là, Adriaen capitulait et ils se mataient ensemble un bon film ou jouaient à la console. Au bout de ses deux ans, l’année de ses vingt-neuf ans, Adriaen fut envoyé en prison. Les flics l’avaient coincé pour une vieille affaire de casse qui avait mal tournée et laissa donc Ash seule. Toutes les semaines, la jeune femme allait parler à son frangin au parloir, cela compensait un peu la solitude qu’elle ressentait sans lui.

Ce fut lors de l’une de ses visites hebdomadaire qu’Adriaen lui communiqua son souhait de la voir reprendre la tête du salon d’opium : « Tu feras une très bonne tenancière, Ash. » C’était la première fois qu’l parlait d’elle au féminin et à partir de ce moment, Ash, qui jusqu’ici avait des doutes, sut ce qu’elle devait faire. Le salon fut fermé pendant deux semaines pour une rénovation, la décoration fut refaite à fond, ainsi que l’isolation qui commençait à dater. Par la même occasion elle se fit faire une tenue de travail, accentuant au possible sa féminité et son élégance –et attirait davantage de clients- à savoir une sorte de nuisette bleue ornée de dentelle noire, fendue sur le devant et ouverte dans le dos. Pour parachever le tout elle prit aussi l’habitude de se coiffer d’une façon élégante et asymétrique, laissant ses cheveux lâches et ornés d’une fleur de lys sur un côté, et de l’autre les attachants en une tresse gracieuse.
Malgré cette tenue dénudée et alléchante, Ash sut toujours garder le respect de ses clients grâce à sa prestance et sa fermeté, plus particulièrement celle des clients de son gang, qui lui donnèrent le surnom d’Hadès. Bien entendu, certains des nouveaux clients qui ne la connaissaient que de réputation, avaient tendance à la taquiner mais ils cessaient bien vite leurs avances sous les regards froids de la jeune femme.
En plus de la rénovation et de son nouvel uniforme, Ash instaura un service spécial pour les clients les plus aisés. Elle mit en place un petit service de vente de vins et de champagne à la coupe ou à la bouteille ce qui fit un franc succès : les clients appréciaient énormément ces petites attentions, donnaient souvent des pourboires en conséquence et, tellement heureux du service, ramenaient de nouvelles personnes.
Encore une fois parallèlement à son travail au salon dont elle était maintenant la tenancière à la place d’Adriaen, Ash prit également la succession de ce dernier au sein des Outfit. De ce fait, elle passa au rang d’indic pour le gang, et le salon d’opium jouait aussi le rôle d’une bonne couverture : c’était un terrain neutre, accueillant civils ou gangsters, et en tendant l’oreille ou en en charmants certains, Ash pouvait récupérer des infos ou des ragots qui trainaient.

Et depuis c’est ainsi. Ash continue de rendre visite à Adriaen toutes les semaines en se faisant passer pour sa sœur par alliance, cela lui rappelant les soirs où il l’attendait devant le café. Elle lui parle du salon comme d’un salon de thé, les conversations au parloir étant très surveillées.
Quant à ses parents, Ash ne les as plus revus depuis ses vingt-et-un ans, et ne souhaite pas les revoir : Adriaen est sa famille désormais, la seule, y compris derrière les barreaux.
Côté famille d’ailleurs, une chose inquiète Ash. Lorsque Jonathan, le frère d’Adriaen, fut tué, ce dernier chercha le propriétaire de la balle perdue mais n’y arriva pas, et une fois Ash entrée dans sa vie il avait abandonné son enquête. Mais depuis son entrée en prison, Adriaen entends des bruits et des rumeurs sur les gangs, ce qui l’as poussé à reprendre son enquête mais au sein du centre carcéral. Ce genre de chose inquiète donc Ash, qui pense qu’il n’est pas bon de remuer ainsi le passé.
Identity Documents
Pseudo : Il y en a tellement.
Âge : 18 et quelques.
Comment tu nous as trouvé ? : Je ne m'en souviens plus.
As tu des suggestions pour le forum ? : Pas vraiment, mais GG pour la présentation des profils sur les post' !
Quelle saison préfére Tonton Ali ? :



Kendall L. REAGANDetective
Date d'inscription : 23/04/2011
Messages : 778
Age : 25

Passeport Américain
Nom de code: Plume
Métier: Kendall est Journaliste, Plume est detective privée
Relations:
avatar
Posté Mar 6 Mar - 19:28 par Kendall L. REAGAN
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :   http://chicago-swop.forumgratuit.org

Dooonc. On peut dire que l'avis est unanime. Puisque 'Remus' te laisse sa place, qu'on trouve tous ta fiche parfaite et que tu respectes bien le personnage, il est à toi ♥
C'était donc pas la peine de paniqué 8D


Te voilà donc accepté(e) par les plus grands au sein de cette ville de débauche qu'est Chicago. Avant de commencer à t'amuser, n'oublie pas de te faire des relations puis, essaye d'écrire régulièrement ton journal intime. Lorsque tu auras commencé à jouer avec les autres, tiens un carnet pour savoir où tu en es. N'oublie pas d'aller te faire tes différentes demandes que les admins se feront un plaisir d’exécuter ! N'oublie pas non plus d'aller dans la boîte à idées pour donner des possibilité d'évolution pour le forum. N'oublie pas non plus de créer ton porte monnaie pour pouvoir compter tes sous ♥ && pour terminé et te laisser t'amuser, tu peux aussi prendre connaissance de l'évent en cours.
BON JEU !


    « La plume est la langue de l'âme» • Cervantès
    Mon Journal ♌️ Mes amis ♌️ #2F86E6




Ash S. ELLSWORTHThe Outfits
Date d'inscription : 05/03/2012
Messages : 10

Passeport Américain
Nom de code: Hadès.
Métier: Tenancière du Salon d'Opium
Relations:
avatar
Posté Mar 6 Mar - 20:04 par Ash S. ELLSWORTH
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :  

Merci beaucoup !
Mais tu sais bien que paniquer c'est dans ma nature =w= -Comme la névrose d'ailleurs jel'aieujel'aieujel'aieujel'aieu ;/////;
♥ ♥



Contenu sponsorisé
Posté par Contenu sponsorisé
Voir le   
Contacter :  




Ash Seicylia ELLSWORTH


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago-Swop !  :: L'entrée de la ville :: Décline ton identité... :: Personnages admis-