Stephenn Valentine { Un art charmant et abominable, la photographie.



 
Hello bande de cookie ! Le nouveau design est donc bien là. Absolument pas urbain (désolée...) j'ai parié sur un côté un peu vintage qui, je l'espère, vous plaira. N'hésitez pas à MP au moindre soucis !
WANTED » Ian E. NESS ; Jarrick VICIOUS ; Abigaëlle R. SHINE ; Alix T. TORRIO et sa bande : Tom, Kean et Klara ; Nathanaël V. CAVANAGH ; Manicha L. VALARY ; Kilian C. BRENNAN ; Aspen N. RYAN et bien d'autres encore ! MERCI DE LES PRIVILÉGIER A DES PERSONNAGES INVENTÉS

 Stephenn Valentine { Un art charmant et abominable, la photographie.

Valentine P. STEPHENNCivil
Date d'inscription : 13/02/2012
Messages : 7
Age : 22

Passeport Américain
Nom de code: Scarlet.
Métier: Photographe en free-lance
Relations:
avatar
Posté Lun 13 Fév - 13:31 par Valentine P. STEPHENN
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :  

feat Misaki Mei (Another)
Identity Documents of STEPHENN BARBARA PHOEBE VALENTINE
General information

Nom & Prénom(s) : STEPHENN, Valentine, Phoebe, Barbara.
Âge : La petite Valentine a vingt-deux ans maintenant.
Date de naissance : Quatre Avril.
Lieu de naissance : Toronto, Canada.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
Sexe : ... Femme?
Prohibition Rules

Métier : Photographe.
Nom d'artiste : Scarlet
Pour ou Contre la prohibition : « La prohibition? Je suis pour... L'alcool est quelque chose de mal, je crois... Enfin, je veux dire, regardez un peu les dégâts que cela cause. Vous ne comprenez pas? Les enfants, les femmes battus, c'est en partie à cause de ça... »
GROUPE : « Je ne suis qu'une simple citoyenne, travaillant pour mon propre compte. Après tout, qui aurait besoin d'une frêle petite photographe dans son clan? De plus, j'ai horreur du sang, vous savez... Toute cette violence gratuite, c'est pas ma tasse de thé. »
Just tell me you story...


« Mon nom est Valentine Stephenn, la cadette de la famille. À ce jour, je suis à Chicago, à deux-cent soixante-quatre kilomètres de chez moi. Oui, Toronto, c'était magnifique. Notre petite famille se compose de quatre membres les plus simples qu'il soit. Ma mère et mon père sont tous deux originaire de Toronto. Ma mère, Barbara, m'a donné en héritage sont teint de peau blafarde que je partage avec mon frère, ses cheveux blonds ondulés encadraient un visage pâlichon comme le mien. Par un gêne maternelle, j'ai hérité des cheveux sombres de mon grand-père, qui nous a quitté il y a bien des années. Je partage aussi ce trait physique avec mon frère. La seule chose pouvant nous différencier était nos yeux; les miens sont du même vert que ma mère et Dante à les yeux d'un bleu qui se veut presque violet. Cependant, depuis quelques temps, depuis que j'ai quitté ma famille pour m'installer dans la grande ville, j'avais décidé de me démarquer des autres. Dès lors, les lentilles de couleurs s'imposèrent à moi comme un paquet de céréales sous-marques quand vos céréales sont en rupture de stock. Tout comme ma mère, mes cheveux se découpent en une tignasse assez courte, mais en volume. Je pense que je dois cela à mon père, Duncan. Mon père travaillait dans la police de Toronto, jamais nous avions le droit de le questionner, mais mon frère voulait à tout prix faire comme papa. Ma mère ne travaillait pas vraiment, elle se contentait de garder la maisonnette, attendant avec patience notre retour de l'école. Entre mon frère et moi, nous avions 5ans d'écart. Un rapide calcul pour vous dire que, aujourd'hui, il a exactement vingt-sept ans.

Voyez, je n'ai pas grand-chose à dire sur mon enfance et mon adolescence. Mes années de lycée, elles aussi, se sont écoulés simplement. Tranquillement, j'avais développé une passion pour les arts de la photographie qui dégoûtait mon frère. Enfin, disons qu'il était plutôt physique qu'intellectuel. Oui, entre nous deux, j'étais la tête pensante et bien plus timide que lui. Dante était du genre à toujours vouloir se rebelle, à aller contre les lois et autres. Mes parents ne pouvaient gronder son ambition de changer le monde. Même plutôt qu'il me demandait de m'extérioriser un peu plus. Le travail m'a toujours plu, même si ma timidité et le fait que je n'aime pas travailler avec plein de gens m'a rendu presque muette. Muette de gêne, bien entendu. J'avais peu d'amis, mais assez sur pour compter sur eux, c'était suffisant. Abbygaëlle était une rousse adorable et pleine d'énergie, une sorte de moi paradoxal. Disons que nous étions toutes deux timides, mais ce fût elle qui fit le premier pas. Ma voix faible était couverte par les éclats de rire de la rousse. Le peu de fois où je l'ai invité chez moi, Barbara l'a tout de suite appréciée. Duncan aussi. Quant à Dante, il s'en fichait complètement.Il semblait même que quelque chose le dérangeai chez Abby. Vous savez, lorsqu'on a dix-sept ans, le sujet de conversation des jeunes filles se limite aux garçons. C'était peut-être ça qui clochait chez elle; elle ne parlait jamais de garçon, non... Abby était une passionnée de fleur. Elle connaissait, sur le bout des doigts, chaque signification de toutes les fleurs. Cela voulait dire qu'elle me comptait fleurette...? Oui, à l'âge où certains changent de couleur de cheveux comme de petits amis, j'ai eu le droit à... à une première fois. Avec une fille.

C'était peut-être ça qui dérangeait Dante. À vingt-deux ans et se soucier de sa soeur cadette, c'était adorable. En effet, il croyait plutôt que j'étais comme toutes les filles, alors, je pense qu'il aurait eu une raison pour cogner ses futurs beaux-frères. Il ne pouvait pas cogner une fille, de plus tout le monde l'aimait dans ma famille. Ce n'est pas vraiment qu'il la détestait mais... leur relation était tendue, en réalité. Je ne pouvais savoir ce qu'il pensait et Abbygaëlle semblait ne pas se soucier de ce détail. Cette relation dura presque trois ans. Tout le monde était au courant et ça ne gênait personne. Cependant, au bout de trois ans, notre relation commençait à se dégrader, la rupture se faisait donc imminente. Et elle était mutuelle. Aucune de nous deux n'a souffert. Ayant fini mes études, je m'orientai donc vers une faculté d'Art. Décevant. J'avais perdu une année de ma vie, à connaître les noms de tous les styles de peinture, de tous les peintres actuels. Toutes les techniques de sculptures. Mais rien d'intéressant pour la photographie. De plus, Toronto commençait à m'agacer. La vie en collocation avec mon frère devenait étouffante. Chaque jour, une compagne différente. Ou bien une bande de copain beaucoup trop bruyante. J'étais toujours cloisonné dans ma chambre, à écouter avec désespoir les grincements du lit de mon frère dans la chambre d'à côté. À vingt-et-un an, un appareil photo entre les mains, je ne savais pas comment percer dans le monde de la photographie. Il fallait donc que je me démarque. Comment? Changer totalement de look. Et de style de photo. Ainsi, je m'orientai vers les photos dites "choc". Des corps à moitiés nus, des prises de vue étonnantes ou invraisemblables. Oui, des milliers de photo, avec une multitude de modèles. Parfois, Dante s'aguicher sur certains de mes modèles. Non seulement je travaillais les poses de mes modèles, mais je m'orientai aussi vers les paysages. Ainsi, je photographiai bien un quart de Toronto. J'ai eu quelques demandes pour des mariages. Mes photographies étaient appréciées, ainsi, je me suis permise de partir.

Deux-cent soixante-quatre kilomètres. Le temps de faire encore quelques adieux à mes parents et j'étais partie dans le premier avion pour... Chicago! Un an que je suis partie... Chaque jour, la photo devenait un témoin de la vie à Chicago; violence, émeute, mafia. La Police? On se demande si elle est vraiment présente. Mes photographies révèlent alors le vrai visage de cette ville où la prohibition à frapper comme une épée de Damoclès. La violence est presque à chaque coin de rue. Impossible de sortir voir cette violence gratuite. Effusion d'hémoglobine était souvent synonyme de choux gras pour les médias. Et cela rime aussi avec photographie. Ainsi, en prenant mon superbe appareil photo, j'immortalisais chaque homicide, mes photos valaient de l'or pour les torchons médiatiques. Ainsi donc, j'ai réussi à me faire un "nom" dans la photographie; Scarlet. Évidemment, prend des photos dites choquante en y collant sa griffe, son patronyme originel était un peu... suicidaire, non? Le pseudonyme Scarlet me convenait parfaitement, chacune de mes photos qui apparaissent dans les journaux était signé ainsi. J'étais l'œil de Chicago, une sorte d'œil qui se trouve partout, mais qui se veut muette, pour éviter de dévoiler ce qu'il a vue. Prendre une fleur en photo? Aucun problème. Aucun problème non plus pour prendre un cadavre mutilé en plein cœur d'une ruelle sombre. Je vivais de ma passion, même si je vivais aussi sur la mort des personnes...

Vous savez, la vie d'une photographe n'est, -presque pas-, un fleuve tranquille à Chicago. Lors d'un de mes shooting-photo sauvage dans les bas-fonds de la ville, je me suis retrouvée mêlée à des bagarres entre deux petites gangs. D'une certaine manière, j'aurais pu éviter de perdre un œil si j'avais fuit et... et que l'appât d'une magnifique photographie avec les violences entre gangs rivales ne m'avait pas ouvert l'appétit. Sortant mon Canon, je commençais à faire quelques clichés quand l'un des badauds m'a pris à part, tandis que tout le monde se "foutait sur la gueule". Une barre depuis, plus rien. Un réveil douloureux à l'hôpital et... une vue troublée. Non, il manque quelque chose. En fixant avec mon dernier œil un miroir. Un... Cache-œil? Personne n'était dans ma chambre pour m'expliquer. Lentement, j'enfilais les perles de mes dernières minutes de conscience avant le trou noir. Appareil photo?! Où était-il à présent? Un rapide coup d'œil vers la table pour remarquer que toutes mes affaires étaient pliées et bien rangés. Une infirmière rentra alors, m'observant avec un sourire stérile. J'avais perdu mon œil et, d'après elle, je m'en étais sorti de justesse. Sans oublier que je devais me dire heureuse d'avoir récupéré mon Canon intact. Rapidement remise sur pied, un œil en moins, mais toujours aussi talentueuse et avide de photographie, j'allais reprendre ma revanche sur ces violences urbaines et, grâce à mes photographies, rendre à Chicago la paix qu'elle mérite, vraiment.

Voulez-vous que je fige votre sourire pour toujours? »

But... Who are you ?

Pseudo : Poppy.
Âge : Mouahaha.
Comment tu nous as trouvé ? : Suite à des rites sataniques je... Quoi?
As tu des suggestions pour le forum ? : Nein.
Quelle saison préfère Tonton Ali ? :



Joe F. CAPONEThe Outfits
Date d'inscription : 25/04/2011
Messages : 235
avatar
Posté Lun 13 Fév - 19:51 par Joe F. CAPONE
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :  

Hey Valentine !

Alors, pour ta fiche, ça me va, malgré quelques fautes que tu pourras facilement effacer en te relisant ou en passant ton texte sur Word. Méfie toi en RP, ça peut être désagréable pour ton partenaire :)






Spoiler:
 



Kendall L. REAGANDetective
Date d'inscription : 23/04/2011
Messages : 778
Age : 26

Passeport Américain
Nom de code: Plume
Métier: Kendall est Journaliste, Plume est detective privée
Relations:
avatar
Posté Lun 13 Fév - 20:48 par Kendall L. REAGAN
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :   http://chicago-swop.forumgratuit.org

BIENVENUE

J'avais pas grand chose à dire... Mise à part te demander comment t'as vraiment attérie ici *je suis curieuse et j'assume...*
Quand à l'icon, merci de l'avoir modifiée ♥
Et sinon, puisque notre Joe nationnale fais mal son travail *tape*


Te voilà donc accepté(e) par les plus grands au sein de cette ville de débauche qu'est Chicago. Avant de commencer à t'amuser, n'oublie pas de te faire des relations puis, essaye d'écrire régulièrement ton journal intime. Lorsque tu auras commencé à jouer avec les autres, tiens un carnet pour savoir où tu en es. N'oublie pas d'aller te faire tes différentes demandes que les admins se feront un plaisir d’exécuter ! N'oublie pas non plus d'aller dans la boîte à idées pour donner des possibilité d'évolution pour le forum. N'oublie pas non plus de créer ton porte monnaie pour pouvoir compter tes sous ♥ && pour terminé et te laisser t'amuser, tu peux aussi prendre connaissance de l'évent en cours.
BON JEU !


    « La plume est la langue de l'âme» • Cervantès
    Mon Journal ♌️ Mes amis ♌️ #2F86E6