2 • Testament d'Alphonse Gabriel Capone et de George Clerance "Bugs" Moran



 
Hello bande de cookie ! Le nouveau design est donc bien là. Absolument pas urbain (désolée...) j'ai parié sur un côté un peu vintage qui, je l'espère, vous plaira. N'hésitez pas à MP au moindre soucis !
WANTED » Ian E. NESS ; Jarrick VICIOUS ; Abigaëlle R. SHINE ; Alix T. TORRIO et sa bande : Tom, Kean et Klara ; Nathanaël V. CAVANAGH ; Manicha L. VALARY ; Kilian C. BRENNAN ; Aspen N. RYAN et bien d'autres encore ! MERCI DE LES PRIVILÉGIER A DES PERSONNAGES INVENTÉS

 2 • Testament d'Alphonse Gabriel Capone et de George Clerance "Bugs" Moran

Alphonse G. CAPONE# PNJ #
Date d'inscription : 15/03/2011
Messages : 78
Age : 118

Passeport Américain
Nom de code:
Métier:
Relations:
avatar
Posté Mar 15 Mar - 21:55 par Alphonse G. CAPONE
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :   http://chicago-swop.forumgratuit.org

Selon Al Capone...
Alphonse Gabriel Capone a écrit:
Testament d’Alphonse Gabriel Capone.
Ceci est mon testament.

Je soussigné Monsieur Capone Alphonse Gabriel né le 17 Janvier 1899, demeurant à Chicago, déclare répartir ma succession comme suit :
Je lègue à Monsieur Capone Albert Francis , né le 5 Septembre 1990 la totalité de ma fortune et de mes biens matériels, étant la seule personne qui désormais compte pour moi.

Fait à Atlanta le 21 Janvier 1947.


Alphonse Gabriel Capone a écrit:
Mon cher Albert,

Je ne pouvais décemment pas te léguer la charge de the Outfit dans mon testament, je crois que la justice l’aurait mal pris.

Tu es digne d’être mon descendant, je sais que tu sauras mener notre affaire comme il le faut. Tu as du sang italien dans les veines, tu pourras sans problème te faire respecter.

Tu trouveras dans ma maison, en Floride, tout ce dont tu auras besoin. Les documents concernant le gang y sont rassemblés, dans le petit tiroir de la commande en dos d’âne du salon. La clef est cachée sous la statue du 2ème étage, dans la chambre de ta mère.

Les armes sont dans un coffre du grenier. Le plus grand, tu le verras immédiatement. Enfin, les bijoux et tout l’argent dont tu pourrais avoir besoin sont aussi dans le grenier, mais dans un coffre derrière le portrait de ta mère, toujours.
Tu sauras trouver le reste.

Courage, la vie ne sera pas simple tous les jours. Mais je compte sur toi.

Al Capone
Et maintenant ?
Bon. Que je vous explique. Nous sommes au début du XXème siècle, aux États Unis d'Amérique et plus précisément à Chicago. C'est le 16 janvier 1920 que le 18e amendement prit effet, interdisant la fabrication, le transport, l'importation, l'exportation et la vente de Boissons alcoolisées. Sur le coup, ça nous as bien fait rire. Comme si ils allaient réussir à stopper tout ça.

Bon, moi à cette époque j’étais le troufion de Johnny Torrio. J’étais finalement arrivé à être son bras droit, j’étais donc à peu près assuré de reprendre le gang quand il se fera descendre par un connard de North Siders. Bon, ce n’est pas par la main d’un de ces chiens qu’il est mort –quoique ce foutu Moran l’a quand même touché, il a fait une attaque cardiaque.

Bref. Cette prohibition a bien arrangé mes affaires. Le trafic d’alcool marchait super bien, évidemment. La drogue ce n’était pas rentable, à côté. Surtout que les autorités ont été assez malignes pour interdire la bière ! Même les petits buveurs nous achetaient des litres de bières. Ça aurait pu être le paradis, s’il n’y avait pas ce salaud de Moran pour tout foutre en l’air à chaque fois. Et ce n’est pas faute d’avoir voulu le tuer, ce foutu irlandais ! J’ai horreur qu’on se mette en travers de mon chemin. Et qu’il ait tiré sur Torrio, ça a pas arrangé le truc. Le massacre de la Saint-Valentin, le 14 février 1929, c’était pour lui. Finalement j’ai fait abattre ses hommes, pour qu’il ait honte. Lui a échappé à la tuerie. C’est bête, si j’avais été là, je ne l’aurais pas manqué.

Bon, j’aurais pu continuer comme ça longtemps, mais j’ai été bête. Je menais un train de vie exagérément supérieur à mes revenus officiels. J’ai été condamné pour ça. C’est à partir de là et suite au massacre qu’ils ont foutu les « incorruptibles » à mes trousses. Ces chiens refusaient tout, même l’argent –d’où ce foutu surnom-. C’est insupportable, ces gens qui ne veulent rien entendre. Donc j’ai du être prudent à ce moment. Pas assez, puisqu’ils ont finalement réussi à me foutre en taule à Atlanta. Bon, j’ai pu corrompre les geôliers, je gérais mes petites affaires à distance, c’était chouette. Mais ils m’ont transféré. Il y en a un qu’a du baver, qu’a du me dénoncer. Je me suis donc retrouvé à Alcatraz, et là c’était moins cool. J’ai été isolé complètement. Je ne sais pas ce qu’ils foutaient dans leur prison, mais toujours est-il que je me suis retrouvé avec une syphilis. Bon, elle m’a permis de sortir de ce trou, ce qui était pas mal.

Aujourd’hui, je n’ai pas recommencé mes affaires. Pour que mon fils ait plus de chance de passer inaperçu. Si j’avais recommencé, il l’aurait surveillé.

Voilà donc où nous en sommes aujourd’hui. Moi, je suis mort, bien sûr, mais mes descendants veillent encore sur cette petite « entreprise » familiale.





Bugs G. C. MORAN# PNJ #
Date d'inscription : 15/03/2011
Messages : 93
avatar
Posté Mer 16 Mar - 15:35 par Bugs G. C. MORAN
Voir le  Voir le profil de l'utilisateur 
Contacter :  

... Et selon Bugs Moran
George Bugs MORAN a écrit:
Testament de George « Bugs » Moran.

Ceci est mon testament.
Je soussigné Monsieur Moran Georges dit « Bugs » né le 16 février 1899, demeurant à Chicago, déclare répartir ma succession comme suit :
Je lègue à Monsieur Moran Allister, née le 26 juin 1990 la totalité de ma fortune et de mes biens matériels, étant la seule personne qui désormais compte pour moi.

Fait à Chicago le 17 décembre 1946.



George Bugs MORAN a écrit:
Mon fils

Je ne sais pas si j’ai, de ton point de vue, été un bon père. Néanmoins, j’ai essayé de l’être. Si tu reçois ceci, c’est que je suis mort ou en prison. Tu es ma plus grande fierté Allister, je voudrais que tu reprennes tout ce qui m’appartient et que tu mettes enfin la pâtée a ces moins que rien d’outfit.

Tu peux y parvenir, je le sais car tu es mon fils, tu es un Moran. Et les Moran réussissent tout ce qu’ils entreprennent.

Maintenant, je suis loin de toi. Tu sais toi-même où trouver les documents nécessaires puisque tu les as toi-même cachés lors de mon arrestation. Je ne dirais rien de plus, Allister.

J’ai confiance en toi, je crois en toi.

Bugs
Et maintenant ?
Qu’est ce qu’il s’est passé à Chicago au début du XXème siècle ? Bonne question…

J’avais 21 ans lorsque le 18ème amendement entra en vigueur. Il interdisait complètement la consommation d’alcool aux USA. Bien évidemment, ca n’a ravi personne. Mais on en a quand même bien profité. Le premier à avoir lancé ça, ce fut ce chien d’Al Capone. J’avais pourtant eu l’idée bien avant mais jamais l’occasion de la lancer. Pourtant ensuite, ça a marché du tonnerre.

C’était la guerre perpétuelle à Chicago, les Outfiters et nous ouvrions le feu à chaque occasion. Nous voulions la peau de deux des membres les plus influents. Le boss, Johnny Torrio, et son sous fifre : Al Capone.

Enfin, j’étais aussi sous-fifre à cette époque. Celui de Hymie Weiss. Enfin, j’étais plus qu’un sous-fifre, je dirais même plutôt que j’étais son associer. Mais c’était lui le patron jusqu'à ce que ce salop de balafré commandite sa mort. Je me retrouvais alors avec toute l’affaire sur les bras. Nos différentes actions auprès de l’autre gang c’étaient révélée vaine et nous étions bien cons.

Enfin bon… Cette période de ma vie fut mouvementée, tellement que j’ai terminé en taule. Aujourd’hui je suis mort, bien sur, mais je veille sur cette ville de là haut. Après tout, je sais que Liam, mon petit fils, sera plus performant que son père… Et que le gang continuera de prospérer.




2 • Testament d'Alphonse Gabriel Capone et de George Clerance "Bugs" Moran


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago-Swop !  :: L'entrée de la ville :: Régles et contexte :: Contexte-